Depuis que je travaille au Foyer Aubois,

Depuis que je travaille au Foyer Aubois,

Depuis que je travaille au Foyer Aubois, qui est devenu Aurore il y a cinq ans, l’activité des ateliers a un peu changé. Jusqu’en 2006, les personnes qui étaient hébergées au centre d’hébergement et de Réinsertion Sociale et qui n’avaient pas de travail à l’extérieur, en entreprise, travaillaient au sein des ateliers, sur la base de l’activité des communautés Emmaüs de l’Abbé Pierre. Environ 75 personnes récupéraient, triaient, réparaient et vendaient les objets et meubles que les particuliers nous donnaient.

En 2006, nous avons eu l’agrément pour devenir chantier d’insertion, alors nous avons recruté une trentaine de personnes, femmes ou hommes, qui étaient au chômage depuis trop longtemps. Le travail, toujours basé sur la récupération, s’est professionnalisé, nous avons embauché 2 nouveaux encadrants techniques et 1 conseiller en insertion professionnelle. Petit à petit, l’activité s’est amplifiée, les donateurs, de plus en plus généreux, de plus en plus nombreux, convaincus du bien-fondé de ne pas jeter ce qui ne leur sert plus mais qui peut servir à d’autres. Il a fallu, dès lors, rejoindre des filières pour permettre aux objets invendables en l’état ou invendus de continuer leur route sans devenir déchets.

Il a fallu convaincre que nous avions une boutique ouverte à tous et pas réservée à une élite dans le besoin. Aujourd’hui nous ouvrons une boutique en ligne, pensée bien avant le COVID, témoignage que les mentalités évoluent.

Notre boutique à La Chapelle Saint Luc, comme celle de Romilly sur Seine d’ailleurs, connaît une affluence qu’il nous faut canaliser à cause de la crise sanitaire et des fameuses distances. Désormais, presque 100 personnes travaillent grâce aux dons et aux achats des Aubois (et du reste du monde avec Chiner Solidaire).

La vocation des structures de l’insertion par l’activité économique est d’accompagner des personnes éloignées, pour une raison ou pour une autre, du monde de l’emploi. De leur donner une activité, des outils et des collègues pour se “re-connaître” capables et compétents (ce qu’ils ont jamais cessé d’être, mais l’avaient parfois oublié).

Les différents avis remontant des clients et des donateurs nous font régulièrement comprendre que nous sommes à notre place quand une vendeuse est professionnelle ou quand une équipe d’un camion est efficace. Merci à chacun du travail fourni (pour certains) et de l’accueil que vous nous faites (pour d’autres) sans oublier les bénévoles qui nous apportent leur bras, leurs idées et leur soutien.

Laurent Bour.

Laisser un commentaire